Opération séduction réussie pour le PER

Opération séduction réussie pour le PER

Les résultats des études menées chez les Français nous disent que malgré une décollecte historique en 2020, l’assurance-vie reste le produit d’épargne préféré des Français, devant les livrets réglementés et les PEL-CEL. Sur les produits d’épargne retraite en revanche, le livret A et l’assurance-vie sont détrônés par le tout récent PER. A quoi doit-il ce succès ? Connaissez-vous tout du PER ? Tour d’horizon des bonnes raisons de s’intéresser au PER. 

 

L’intérêt des épargnants pour le PER

Alors que l’actualité de l’épargne n’est suivie que par moins de 25% des Français, les derniers sondages montrent l’intérêt des épargnants pour le PER. On sait que la crise sanitaire a quelque peu changé les préoccupations des Français et qu’ils sont nombreux à hésiter entre épargner (37%) ou à profiter de leur argent en le dépensant (40%). 

L’épargne de précaution pousse pourtant les Français à détenir un produit d’épargne (55 %), devant la préparation de la retraite (24 %), la prévention du risque de dépendance (20 %) ou l’aide aux descendants. La moitié des Français interrogés opte pour des placements qui rapportent peu mais avec un risque faible, très liquides et peu taxés lors de la succession. Moins d’1/3 adopte une position inverse. 

Le PER, quant à lui, renvoie majoritairement l’image d’un produit simple, souple sur les modalités de sortie, attractif fiscalement et performant.

 

Seulement 1 Français sur 6 s’est déjà vu proposer un PER

Si les Français s’intéressent au PER, ils sont pourtant très peu à y avoir été confronté puisque seulement 1 sur 6 se l’ai vu proposé par son banquier (55% des cas), son employeur (23%) ou son assureur (16%). 

Les sondés sont 62 % à ignorer que le PER remplacera progressivement les PERP, PERCO et les contrats Madelin. Ce qui est plus étonnant est que si 52 % d’entre eux ne connaissent pas du tout le PER, ils sont 78 % à être prêts à transformer leur plan d’épargne existant en PER.

Il y a donc encore du chemin à faire pour franchir le pas de la souscription et d’ailleurs 83 % des sondés jugent prioritaire de renforcer l’information des salariés sur l’épargne salariale, 81 % de clarifier les règles encadrant l’épargne retraite. 75% des interrogés souhaitent améliorer l’éventail de produits d’épargne retraite et diminuer la fiscalité des employeurs qui favorisent l’épargne salariale.