Les trentenaires à l’assaut du PER

Les trentenaires à l’assaut du PER

Les trentenaires à l’assaut du PER

Depuis le 1er octobre 2019, le PER ne cesse de faire des émules ! pensé pour remplacer tous les produits d’épargne retraite existants et simplifier ainsi la préparation d’un complément pour la 2ème partie de vie, il se pourrait bien que ses ambitions dépassent le cadre seul de la retraite. Pourquoi ? Qu’a-t-il de plus que les autres produits d’épargne ? Comment optimiser ses facultés ? Voyons ensemble les raisons du succès du PER et notamment sur les jeunes épargnants.

29% des nouveaux souscripteurs ont moins de 40 ans en 2021

Les statistiques sont formelles : il y a un vrai engouement des moins de 40 ans pour le PER. L’année dernière déjà on notait que 15% des PER ouverts l’avaient été par des moins de 40 ans, pour voir cette proportion grimper à 22% en 2021. Les moins de 30 ans, qui, eux, étaient 4% à souscrire un PER en 2020 sont désormais 7% !

Presque 1/3 des nouveaux souscripteurs ont ainsi moins de 40 ans en 2021, ce qui est particulièrement singulier pour un produit d’épargne retraite.

Anticiper la retraite : nouvel enjeu des jeunes épargnants

Comment le PER a-t-il séduit les jeunes épargnants ? D’abord grâce à son avantage fiscal qui permet de déduire les versements du revenu imposable. L’économie à la clé est d’autant plus intéressante que les contribuables se trouvent sur une tranche marginale d’imposition (TMI) importante puisqu’à partir de 30%, l’économie d’impôt est amplifiée et que la fiscalité ne s’applique qu’au rachat. 

Ce qu’il faut aussi saisir, nous dit Bertrand Besson, en charge de ces sujets au sein du cabinet de Courtage en Assurances BAYVET & BASSET, c’est «la prise de conscience de l’importance de préparer sa retraite chez les jeunes, avec le contexte sanitaire qui leur a fait comprendre que rien n’est acquis”. Il y a donc urgence à se protéger, à mettre de côté pour préparer l’avenir et ça, les jeunes actifs l’ont bien saisi en plébiscitant le PER.

Le joker du PER : la sortie en capital

Y a-t-il véritablement chez les jeunes épargnants une vision long terme pour la retraite ou le PER cache-t-il une botte secrète ? Bertrand Besson nous répond en expliquant que si le PER connait son succès c’est justement parce qu’il n’est pas un produit tunnel, bloqué à la retraite : « Sur les produits historiques, Perp et Madelin, la contrainte des sorties obligatoires en rente était un vrai sujet et les jeunes épargnants craignaient de ne pas pouvoir récupérer leur capital à la retraite. » La flexibilité du PER qui permet une sortie en capital a donc beaucoup fait pour convaincre car « il offre la possibilité de sortir soit en rente, soit en capital » précise Bertrand Besson. 

Et le dernier atout du PER réside dans ses cas de déblocage inédits : en effet il est possible de débloquer son épargne dans ces situations : l’invalidité, le décès du conjoint, la fin de droits au chômage, le surendettement et surtout l’achat de sa résidence principale. Autant de raisons de ne pas enfermer le PER dans un produit d’épargne seulement destiné à la retraite et de comprendre pourquoi il a réussi son pari en étant « moins angoissant que les autres » ajoute Bertrand Besson.

Vous souhaitez connaître les modalités d’ouverture d’un PER ? Contactez-nous à contact@bayvet.fr.