Ce qui a changé en entreprise avec le Coronavirus

Ce qui a changé en entreprise avec le Coronavirus

Le Coronavirus attaque son 3ème mois d’existence avec 3128 morts début mars. Si l’on manque encore d’informations sur la dangerosité, le pouvoir de contamination ou la spécificité même du virus, l’objectif commun est d’arriver à maintenir une activité dans tous les secteurs y compris les entreprises. Face au double enjeu de garder des objectifs ambitieux et de protéger la santé de leurs salariés, les entreprises ont dû s’adapter et trouver de nouvelles méthodes de travail. Quelles sont-elles ? comment pallier les mesures restrictives ? Voici quelques bonnes pratiques de plus en plus répandues.

 

Prévenir et relayer les recommandations de l’OMS

Il n’est plus rare de voir affichés les conseils de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans les cantines, les lieux de passage ou les ascenseurs des entreprises. Peu importe que votre entreprise ait un lien ou non avec la santé, on vous exhorte à vous laver les mains, éviter de toucher des animaux, bien cuire votre viande etc…

Des mesures de prudence se déploient un peu partout et des cellules de crises sont ouvertes avec des représentants de la médecine du travail, des ressources humaines, de la logistique, de l’approvisionnement etc… Ils se réunissent ainsi plusieurs fois par semaine par vidéoconférence pour mettre à jour les recommandations

Des systèmes de veille sont mêmes mis en place afin d’anticiper les contaminations parmi les salariés et pouvoir contacter tous les collaborateurs proches en cas de malade identifié. 

Les commandes de masques et de gels hydroalcooliques ne faiblissent pas car même les entreprises qui en avaient gardé de 2009 (pour le virus H5N1) les ont vu périmés !

Enfin l’intranet est mis à jour quotidiennement afin d’informer les salariés des consignes à suivre concernant leurs déplacements dans le monde. 
 

Instaurer le télétravail pour les collaborateurs à risque

En France la phase 1 de gestion du virus a généralement vu les entreprises instaurer le télétravail pour les salariés en provenance ou ayant transité par un des pays à risque (Chine, de Hongkong, de Singapour, et nord de l’Italie) pendant 14 jours minimum. 

Certaines entreprises ou salariés font exceptions mais ils doivent prendre leur température régulièrement. 

 

Limiter les visites et les déplacements

Le nombre de visiteurs dans les entreprises est réduit au minimum et ceux-ci sont souvent invités à répondre à des questionnaires sur leurs récents voyages.

Les réunions sont également limitées à la stricte nécessité tout comme les déplacements des salariés. On propose la visioconférence en alternative. 

Les voyages professionnels sont même parfois suspendus jusqu’à nouvel ordre ou soumis à un cadre strict.  

 

Garantir un espace de travail moins confiné

En Chine, des méthodes plus radicales ont été observées : ne permettre qu’à la moitié des salariés de venir travailler afin que l’espace vide entre 2 collaborateurs en open space limite la contagion. De la même manière, on a vu la mise en place de rotations des effectifs, ou encore l’instauration du télétravail pour la moitié des salariés afin de limiter la réunion d’un grand nombre de personnes au même endroit.

Certaines entreprises chinoises font également prendre leur température aux salariés tous les jours ; désinfecter les bureaux toutes les 2 heures ; faire porter un masque aux salariés lors des réunions ; imposent une distance d’1 mètre entre chaque participant etc...