Assurance-vie ou PER : comment choisir pour préparer au mieux sa retraite ?

Assurance-vie ou PER : comment choisir pour préparer au mieux sa retraite ?

Assurance-vie ou PER : comment choisir pour préparer au mieux sa retraite ?

La gestion de patrimoine se présente comme un atout indéniable pour préparer sa retraite et ce, d’autant plus que cette dernière est, en France, relativement longue en termes de temps passé (23 ans pour les hommes et 27 pour les femmes). Cela nécessite alors d’y réfléchir tôt et de bien la préparer en amont. A ce titre, le Plan Épargne Retraite (PER) et l’Assurance vie sont deux produits d’épargne à long terme entre lesquels il est parfois difficile de choisir lorsque l’on désire mettre de l’argent de côté pour sa retraite. 

D’un côté, le Plan Épargne Retraite (PER), mis en place en octobre 2019, est un nouveau produit d’épargne pour la retraite offrant à l’épargnant la possibilité de déduire ses versements (cotisations et primes) de ses revenus imposables sur l’année en cours. De l’autre, l’assurance-vie lui permet de bénéficier d’une disponibilité de ses fonds, là où en principe pour le PER les fonds ne sont accessibles qu’à compter de la retraite. 

Tout d’abord, il est bon de rappeler que le choix d’investissement doit être guidé par les objectifs recherchés de l’épargnant, le tout au regard de sa situation patrimoniale. Autrement dit, le choix du placement dépendra de nombreux éléments propres à chacun.

Néanmoins, plusieurs critères peuvent aiguiller votre choix entre l’Assurance-Vie et le Plan Épargne Retraite individuel (PER individuel) :

  • La disponibilité des fonds : en effet, comme précédemment mentionné, les sommes versées sur un PER individuel ne sont accessibles, sauf exceptions (accident de la vie ou acquisition de la résidence principale), qu’à compter du départ en retraite. C’est pour cette raison notamment que si l’investisseur souhaite disposer librement de ses fonds durant la constitution de son épargne, il est plus judicieux pour lui d’investir dans l’assurance-vie.
  • La fiscalité avantageuse à l’entrée : dans l’hypothèse où l’épargnant n’est pas opposé à l’indisponibilité des fonds, le PER individuel est alors très intéressant puisqu’il se présente comme un produit de défiscalisation si le contribuable le désire, à savoir que les sommes versées sur le PER sont déductibles des revenus imposables sur l’année en cours dans la limite des plafonds annuels autorisés, limite fixée par le législateur. 
  • L’effet de levier lié à l’économie d’impôt : si votre tranche d’imposition est faible ou que vous ne faites pas de la déduction fiscale immédiate une priorité, alors l’assurance-vie est une meilleure option. A l’inverse, de manière générale, le PER individuel est financièrement plus avantageux que l’assurance-vie, même lorsque l’objectif poursuivi est la transmission au décès. En effet, plus vos revenus sont importants, plus la déduction fiscale est intéressante. Néanmoins, il est bon de réaliser un bilan successoral peu avant ses 70 ans afin de s’assurer qu’il est toujours pertinent d’investir dans un PER ou si, au contraire, un autre placement serait plus judicieux pour assurer la transmission.
Dernières actus