Assurance Auto : une guerre des prix qui ne sera pas sans conséquence !

Assurance Auto : une guerre des prix qui ne sera pas sans conséquence !

Entre la chute de la sinistralité due à la pandémie de Coronavirus et la hausse des pièces détachées, l’assurance auto a d’abord baissé…pour probablement mieux augmenter l’année prochaine ! Toutes nos explications sur la guerre des prix qui décidera du montant de vos cotisations en 2022.


80% de baisse des sinistres

Le premier confinement a vu la sinistralité, c’est-à-dire le taux d’accidents constatés chuté jusqu’à quasi disparaître. La baisse des sinistres aurait atteint plus de 80%, selon les experts du secteur, du fait de la raréfaction des vols et accidents. Ce phénomène représenterait ainsi environ 2,2 milliards d’euros d’économie par rapport à l’année précédente.

Cette tendance tellement accrue avec la pandémie n’est pourtant pas totalement nouvelle puisque depuis 10 ans, on constate que le nombre de blessés par accident de voiture a baissé de 12% (84 461 à 74 165) et que le nombre de personnes tuées a lui baissé de 19%.

Certains grands ou petits acteurs du secteur ont ainsi annoncé geler leurs tarifs d’assurance auto pour 2021, et même pour quelques-uns rembourser une partie des assurés ou les indemniser afin de répercuter la baisse massive de la circulation routière et les sinistres qui l’accompagnent.


Une forte inflation des pièces détachées automobiles

Le gel tarifaire ne semble pourtant pas pouvoir perdurer car les hausses de prix des pièces détachées automobiles s’annoncent soutenues en 2022 et risquent bien de changer la donne. En effet les assureurs font face à une inflation forte et régulière des pièces détachées automobiles. Après une hausse de 6% entre 2018 et 2019, le prix de ces produits manufacturés a encore grimpé de 4,4% entre 2019 et 2020

Et l’évolution du parc français ne présage rien de bon car l’essor important des SUV, particulièrement coûteux en pièces détachées, font grimper ces hausses jusqu’à à 7,8% ! Parmi les pièces les plus chères, le pare-brise a vu son prix augmenter de 11% sur la seule année 2019. Et ce tarif peut encore exploser puisqu’on l’évalue à 308 € pour une Peugeot 508 et à 1007 € pour un SUV Audi Q5 ! Les pare-chocs suivent cette tendance : il coûtera à un assureur 313 € pour une Toyota Yaris et 1170 € pour une Citroën DS7.

Les SUV qui ont de plus en plus d’électronique embarquée dans leurs pièces de construction et le coût de la main d'œuvre qui s’accroît à une vitesse supérieure à l’inflation, expliquent le boom des prix. Il faut rappeler que le taux de croissance était de 2,8% par an sur les 8 dernières années (3,2% en 2020), alors que le coût des ingrédients de peinture à 3,5% (4,2% en 2020). Chez Tesla, les prix sont devenus si élevés que certains assureurs refusent même de couvrir ces véhicules !


Une image à redorer

Le gel des tarifs auto s’inscrit pourtant dans une campagne de communication indispensable pour redorer l’image des assureurs. Le premier confinement a en effet beaucoup terni celle-ci car beaucoup d’assurés n’ont pas compris les raisons pour lesquelles les assureurs ont refusé de consentir à des remboursements.

Il faut également pointer la concurrence de plus en plus accrue du marché, avec l’arrivée massive des établissements de crédits commercialisant des contrats d’assurance, qui ont capté près de 75% des nouveaux contrats auto signés en 2019. Et Pour entretenir leur dynamique commerciale, les banques-assureurs ont même diminué de 3€ le montant moyen des primes entre 2018 et 2019. 

L’assurance auto risque donc bien de nous réserver une mauvaise surprise en 2022, à moins que la concurrence effrénée du marché ne parvienne à contenir la hausse des tarifs…