7850 euros d’économie moyenne avec la résiliation à tout moment de l’assurance emprunteur 

7850 euros d’économie moyenne avec la résiliation à tout moment de l’assurance emprunteur 

Le projet de loi n’avait pas eu que des supporters mais il est voté et ne dépend que de son adoption définitive en commission mixte paritaire le 19 octobre pour entrer en vigueur. Vous pourrez donc résilier à tout moment votre assurance emprunteur. Pourquoi ? Parce que les études nous montrent que mettre en concurrence les offres et pouvoir changer d’assureur pour son emprunt immobilier nous permet de gagner de l’argent : en moyenne 7850 euros et jusqu’à 15 000€ pour les plus optimistes. 

 

Les établissements bancaires pointés du doigt par l’ACPR

Le vote des députés, approuvant l’article 42 bis de la loi pour l’Accélération et la simplification de l’action publique (Asap) et permettant la résiliation à tout moment de l’assurance emprunteur (et non pas à la date anniversaire) a pour vocation de sanctionner le manque d’ouverture à la concurrence du marché de l’assurance emprunteur. 

L’avis de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) s’était déjà exprimé en ce sens, dénonçant les pratiques de certains établissements bancaires ne répondant pas aux demandes de changement de contrat d’assurance emprunteur, ou alors trop tardivement.

Les parlementaires ont donc également voté l’obligation pour la banque de tenir l’emprunteur informé de la possibilité de résilier le contrat et des modalités de résiliations, des délais et autres détails pratiques. Le non-respect de ces obligations par une banque sera ainsi puni d’une amende de 15 000€ (elle s’élevait à 3 000€ avant la loi). 

 

14 milliards d’euros de gains de pouvoir d’achat pour les Français

La possibilité de résilier à tout moment son contrat d’assurance emprunteur permettrait, en changeant d’assureur, de faire une économie de l’ordre de 7850 euros en moyenne, affirment les comparateurs. 

Les députés ont ainsi parlé d’économies allant de 6 500 à 15 000 euros qui intéresseraient environ 22% des emprunteurs sur 8,6 millions. Ils défendent ainsi l’idée que les économies seraient proposées par les banques elles-mêmes quand elles feront des contre-propositions pour ne pas perdre leurs clients.

A ce rythme-là, les études estiment les gains de pouvoir d’achat pour les Français à plus de 14 milliards d’euros dans les années à venir.