3,2 milliards d’euros débloqués : les assurances jouent le jeu de la solidarité

3,2 milliards d’euros débloqués : les assurances jouent le jeu de la solidarité

Lundi 13 avril, devant des millions de Français, le Président de la République appelait publiquement les assurances à redoubler d’efforts dans le sens de la solidarité nationale. En d’autres termes, à crise exceptionnelle autant sanitaire qu’économique, engagements attendus exceptionnels et c’est bien ceux que semble prendre le secteur de l’assurance. 

Renforcer son engagement dans la lutte contre la crise

Le secteur de l’assurance dans sa globalité avait déjà pris des mesures pour faire face à la crise du Coronavirus mais face à l’insistance de l’Exécutif, il s’est engagé le 15 avril à redoubler ses efforts. Il s’agit, cette fois-ci, sur la base du volontariat, d’augmenter l’enveloppe dédiée à la gestion de la crise jusqu’au montant exceptionnel de 3,2 milliards d’euros. 

Doubler sa participation au fonds de solidarité

La FFA a, d’abord, annoncé doubler sa participation au fonds de solidarité mis en place par les pouvoirs publics, portant sa contribution à 400 millions d’euros. L’enjeu de cet effort supplémentaire est de soutenir les particuliers et les entreprises les plus malmenées par la crise. 

Il a été décidé de verser 1,75 milliards d’euros dont 850 millions aux TNS (travailleurs non-salariés), indépendants, TPE et PME. Le maintien des contrats d’assurance dommage et prévoyance quand les entreprises ont dû fermer, et même dans le cas où celles-ci ne paieraient plus leur prime est également affirmé. 

Protéger les personnels soignants

Les assurances du personnel médical sont aussi englobées dans l’effort du secteur de l’assurance. En effet, les médecins, infirmiers, aides-soignants, brancardiers etc…mobilisés dans la lutte contre le Coronavirus peuvent notamment bénéficier de l’extension de garantie MRH dans le cas où ils sont logés ailleurs que chez eux. Cette mesure exceptionnelle coûtera ainsi 150 millions d’euros aux assureurs.

Soutenir la reprise économique

La FFA a annoncé mettre en place un programme d’investissement global d’au moins 1,5 milliards d’euros. Cette somme, majoritairement en fonds propres, sera destinée aux ETI, PME et au secteur de la santé.

Le secteur de l’assurance souhaite réaliser cet investissement grâce à la réouverture des fonds de prêt à l’économie Novo, Nova, Novi. Ces fonds avaient été conçus par la Caisse des Dépôts et les grands assureurs afin de mobiliser l’épargne des français, pour soutenir la compétitivité des PM/ETI qui investissent et innovent. 

Les fonds NOVA, lancés en 2012, financent les actions cotées des PME/ETI. Les fonds NOVI, en 2014, sont destinés aux entreprises de plus petite taille que Novo.

L’idée aujourd’hui est d’élargir le dispositif pour admettre plus de gestionnaires d’actifs et de créer de nouveaux fonds dans le domaine de la santé.

Prévenir une prochaine crise sanitaire

Afin qu’une situation identique ne se reproduise pas, le secteur de l’assurance met tout en œuvre pour aboutir à une couverture appropriée à ces nouveaux risques rencontrés. La FFA a ainsi annoncé réfléchir collectivement à une proposition de régime d’assurance contre les risques sanitaires majeurs comme le Covid-19.